Toutes les actualités

Sécurité

Les élus se mobilisent contre la disparition du Commissariat de Charenton

Suite à l’annonce du projet de réforme des circonscriptions de police du Val-de-Marne, les Conseils municipaux de Saint-Maurice et de Charenton ont voté à l’unanimité un voeu afin de montrer leur attachement à ce service de proximité et leur volonté de le conserver.

Depuis plusieurs mois, les Maires de Saint-Maurice et de Charenton-le-Pont interviennent auprès du Préfet du Val-de-Marne et du Ministre de l’Intérieur pour demander le renforcement des moyens affectés à notre commissariat, les effectifs de Police nationale réellement disponibles ne permettant plus aux policiers nationaux d’assurer une présence permanente sur le terrain. 

Cette situation a contraint nos municipalités à renforcer leurs réseaux de vidéoprotection et leurs propres équipes de Police municipale notamment en les armant. Cependant, celles-ci n’ont pas vocation à remplacer la Police nationale dans toutes ses missions.

Jusqu’à présent les craintes reposaient sur le fait que le poste de police de Charenton, à force de ne pas obtenir les agents nécessaires à son bon fonctionnement, soit transformé en une simple antenne de police avec des horaires administratifs réduits et un nombre de fonctionnaires limités. Or, les maires du Val-de-Marne ont appris fin mars qu’un projet de réforme des circonscriptions de police dans le département est en cours d’étude par les services de la police nationale au prétexte de mieux mutualiser les moyens humains et matériels.

Les 18 circonscriptions qui existent actuellement pourraient donc être réduites au nombre de 9 et avoir pour conséquence la disparition du Commissariat de Charenton-Saint Maurice. Cela se traduirait par la suppression d’un service public de sécurité important pour les habitants, ce que Christian Cambon et Hervé Gicquel se refusent d’accepter.

Par ce voeu, Saint-Maurice rappelle son attachement à son service de sécurité de proximité efficient par la police nationale, affirme la nécessité de maintenir son commissariat et demande la nomination rapide d’un nouveau commandant. Elle demande également à l’État de renforcer les effectifs de notre circonscription de sécurité publique et de prendre en compte l'existence sur le territoire de la commune, de l'un des plus importants hôpitaux psychiatriques de l'Île-de-France, qui accueille, entre autres, pour le compte du Val-de-Marne et de 6 arrondissements de Paris, de nombreux patients dangereux placés sous contrainte par décision préfectorale.