Mis à jour le 10 mars 2017

Paroles d'élus

Cette page est placée sous l'entière responsabilité de ses auteurs.

Et si on reparlait « baignade en Marne »

L’épisode de canicule de l’été est encore fort présent. Face à une telle situation, bien sûr, il y a la clim ! Mais les vacances sont synonymes d’évasion et de plein air. D’où l’engouement général pour la baignade.

Or Saint-Maurice dispose à cet égard d’une ressource de proximité incontestable : la Marne.

La baignade en Marne a longtemps été un fleuron des loisirs offerts en petite couronne. Les guinguettes, les vieilles cartes postales et certains films issus des studios de Saint-Maurice en témoignent abondamment.

C’est par arrêté préfectoral du 31 juillet 1970 que la baignade en Marne fut interdite : escherichia coli obligent ! Mais pas que : risques chimiques, risques physiques aussi, conduisant encore récemment l’ARS Île-de-France à faire un rappel sur cette interdiction.

Que fait la Mairie pour améliorer la qualité de l’eau en Marne ? Adhérente historique et active du syndicat Marne Vive, elle a veillé à l’installation de stations de décantation des huiles issues des eaux pluviales au droit des protections phoniques de l’autoroute A4 (la DiRIF mène actuellement un projet plus ambitieux de traitement des eaux de l’échangeur A4/A86), engagé, depuis quinze ans, le projet de réhabilitation du bras de Gravelle, arrêté un Schéma Directeur d’Assainissement (SDA) avec un dispositif d’encouragement au raccordement des eaux usées au tout-à-l’égout …

Ces efforts apportent aujourd’hui des résultats concrets. Le syndicat procède à des analyses régulières de la qualité bactériologique de la Marne : les derniers résultats connus des mesures de l’été 2017 confirment l’amélioration progressive de la «baignabilité». Meilleurs résultats à Gournay et à Saint-Maurice !

L’objectif « baignade en Marne 2022 » est désormais réaliste. Cinq communes, dont Saint-Maurice sont déjà candidates à la baignade en 2022, dans le sillage de l’organisation des épreuves nautiques des Jeux Olympiques de 2024, avec en héritage une baignade pérenne à Saint-Maurice.

Alain Guetrot

Alain Guetrot

1er maire-adjoint

Chargé du cadre de vie (propreté, environnement, voirie ) et de la ville numérique


Mesdames, Messieurs, Chers Concitoyens,

Motivée par le souci de servir au plus près du terrain les intérêts des Mauritiens, et de mettre mes idées en conformité avec mes choix politiques, j’ai entamé une démarche qui me permettra prochainement de rejoindre la majorité municipale en tant que membre non inscrite.

Cette perspective d’apporter ma contribution au travail collectif mené par une équipe aguerrie m’enthousiasme. J’en profite pour remercier l’ensemble des élus et les personnels de la ville pour leur travail remarquable.

Je ne renonce ni à mes idées ni à mes valeurs, celles figurant dans le programme de ma liste «Saint-Maurice Autrement», (Municipales de 2014). Je m’efforcerai de les faire vivre à travers des politiques locales qui profitent à tous les habitants.

À l’échelle de notre Saint-Maurice, en tant que future élue de la majorité, je souhaite contribuer tout particulièrement à la promotion et au soutien :
1/ de l’économie sociale et solidaire
2/ du développement durable
3/ de la démocratie participative

Les actions que je proposerai seront à bâtir en concertation avec les élus, les citoyens et les acteurs du territoire concernés.

Enfin, d’une façon plus générale, je tâcherai d’être le plus souvent possible sur le terrain au coté des autres élus.

Patricia Richard

Patricia Richard

Conseillère municipale


Il va où ce « pognon de dingue » ?

34 sociétés du CAC 40 ont réalisé 47 milliards de profits au 1er semestre, retrouvant ainsi le niveau de profit d’avant la crise.

Mais il va où « ce pognon de dingue » ? L’ONG OXFRAM a constaté que la France était sur le podium pour la distribution des dividendes, c’est-à-dire que les richesses produites sont piégées dans des circuits annexes stériles, alors que les flux économiques, c’est-à-dire la vie des entreprises, ont besoin de la demande des ménages et des collectivités.

Et la commune de Saint Maurice a besoin de moyens financiers pour réhabiliter le Capitole, les activités périscolaires maintenues à la rentrée. Nos écoles ont besoin de maîtres ; 30 élèves par classe c’est trop pour réussir, affirment les parents de l’école du centre.

Claude NICOLAS

Claude NICOLAS

Conseiller municipal

Liste Rassemblement à gauche solidaire écologique et citoyenne