Mis à jour le 10 mars 2017

Paroles d'élus

Cette page est placée sous l'entière responsabilité de ses auteurs.

Logement pour tous : une priorité

La question du logement est une préoccupation quotidienne de l’équipe municipale. L’aborder sous le seul angle de la statistique, celle des fameux 25% de logements sociaux, serait très réducteur. À Saint-Maurice, nous atteignons presque ce taux fixé arbitrairement par 2 lois – nous en sommes à 24,16% - ce qui nous place parmi les bons élèves du Val-de-Marne.

Différents projets ont été réalisés – comme au 32 rue du Mal Leclerc, ou sont en cours comme au 137 rue du Mal Leclerc. La ville a apporté un soin tout particulier à l’intégration des programmes dans le site et à leur qualité architecturale. D’autres opérations pourront émerger, si des opportunités se présentent dans le respect de ce double principe. Ainsi tiendrons-nous les objectifs de la loi.

Pour autant, nous ne pouvons pas faire face à toutes les demandes de logement que nous recevons. Plus de 1000 sont en attente, preuve que la vie à Saint-Maurice est appréciée. Jusqu’à présent, nous gérions la part des logements qui relèvent du Préfet. Cette souplesse était très utile pour faire face à certaines situations urgentes. Mais cette possibilité nous a été retirée, l’Etat souhaitant tout contrôler.

Ainsi, les villes se trouvent-elles à la fois contraintes de réaliser des logements et privées des moyens de satisfaire les demandes de leurs habitants. Une incohérence aggravée avec les annonces du gouvernement sur l’APL et la pression qu’il fait peser sur les bailleurs sociaux pour qu’ils compensent cette baisse. Derrière ces décisions, brutales et mal expliquées, prenons garde à ne pas fragiliser l’ensemble. Si les bailleurs n’ont plus les moyens de faire face à leurs charges, comment pourrons-nous les convaincre de réaliser les rénovations attendues par les locataires ? Et les villes, garantes des emprunts conclus par ces bailleurs pour leurs travaux, risquent d’être appelées à la rescousse.

Comme dans d’autres domaines, on ferait mieux de faire confiance aux communes plutôt que de multiplier devant elles les obstacles.

Claudine Dahan

Claudine Dahan

7e maire adjoint

Chargée du logement et des affaires générale


A mi-parcours...de 2020

Le bilan de mi-mandat ne devrait plus tarder à nous parvenir.

C’est un exercice souvent convenu où la plupart du temps chaque maire clame « nous avons tenu nos engagements » et dans lequel on se contente de lister ce qui a été fait. On peut espérer que le bilan de Saint-Maurice soit plus exhaustif et transparent.

Pour être le reflet de la réalité, je me demande si l’exercice ne devrait pas faire au préalable l’objet de rencontres avec les commerçants, parents d’élèves, associations...afin de recueillir leurs doléances et avis. Ainsi, pourrait-on en amont « évaluer » leur niveau de satisfaction notamment sur les sujets comme la sécurité publique, la vie des quartiers, la voirie...

Sur ces points notre ville a été longtemps un joli exemple mais le ressenti semble tout autre aujourd’hui dans certains domaines. J’ai personnellement assisté ces dernières semaines à deux scènes pour le moins inattendues voire inquiétantes dont une que la décence m’empêche de relater. L’autre a eu lieu aux environs de minuit. J’ai vu 3 jeunes gens dont un équipé d’un baudrier, d’une lampe frontale et d’une corde entourée à un arbre descendre dans une « bouche » puis remonter !

Le nouveau maire aura fort à faire pour ne pas décevoir. J’y serai attentive.

Patricia Richard

Patricia Richard

Conseillère municipale


Candidature de combat, mais constructif

L’élection du maire le 14 octobre a été l’occasion, en me présentant comme candidat, de marquer mon engagement sur le programme de la liste de rassemblement à gauche. J’en suis fier, car je souhaite poursuivre le travail d’opposition constructive engagé sur tous les grands dossiers: le Capitole, pour une réhabilitation d’un vrai cinéma de quartier, la gestion du patrimoine, le cadre de vie, la transition énergétique, la gestion des déchets, la création de jardins partagés, la révision des tarifs des activités municipales. Mais une opposition n’est constructive que s’il elle associe la population. Jusqu’en 2020 je m’attacherai à favoriser votre association, d’abord en vous écoutant et puis en osant vous proposer des formes plus participatives.

Claude NICOLAS

Claude NICOLAS

Conseiller municipal

Liste Rassemblement à gauche solidaire écologique et citoyenne